Home Immobilier Quel placement locatif immobilier privilégier ?
Quel placement locatif immobilier privilégier ?

Quel placement locatif immobilier privilégier ?

0

Dans l’immobilier, il existe de nombreux types de placements locatifs. Si vous songez à investir dans la pierre pour obtenir des revenus complémentaires, voici un guide des possibilités existantes.

La location saisonnière

L’investissement locatif saisonnier est la première stratégie d’investissement qui s’offre à vous. Il s’agit de proposer aux vacanciers et aux touristes une location meublée. Ce type d’investissement vous permet, en premier lieu, de bénéficier d’un régime fiscal avantageux. Grâce à votre statut LMP ou Loueur de Meublé Professionnel, vous obtiendrez une exonération de l’ISF. Vos charges ainsi que vos déficits seront aussi déduits de votre revenu global. Vous pouvez vous inscrire sur les sites comme AirBnB pour faire connaître votre bien.

Ensuite, il s’agit d’un investissement rentable, notamment si votre bien est situé dans une région touristique. En une semaine de location, vous obtiendrez l’équivalent d’un mois de loyer pour une location classique. Sachez d’ailleurs qu’il n’y a pas d’encadrement de tarif pour ce type de location. Évitez tout de même de trop gonfler le prix. Restez raisonnable pour ne pas faire fuir les vacanciers. La loi n’impose pas non plus de durée minimum pour le contrat. Vous pouvez louer votre bien pour une seule journée, pour quelques semaines, ou pour plusieurs mois.

Si vous vous lancez dans ce type d’investissement, vous devez, en revanche, vous occuper de votre bien pour l’accueil des nouveaux arrivants. Ce qui vous oblige d’y faire des allers-retours et de longs trajets si votre résidence principale est éloignée de la location. Vous devez aussi gérer votre annonce en ligne et répondre aux nombreux appels des intéressés.

Investir dans la colocation

Avec la hausse des loyers, il devient, de nos jours, difficile de trouver une famille disposée à louer une grande habitation dotée de 5 ou 6 chambres. En revanche, si celle-ci est proposée en colocation, on peut facilement trouver des locataires qui peuvent débourser, par exemple, 500 euros mensuels. Si vous parvenez à trouver un bien qui est déjà aménagé pour accueillir des locataires, c’est parfait. Si ce n’est pas possible, vous pouvez toujours transformer un bien en une colocation. Les travaux que vous réaliserez seront déduits des revenus que vous percevrez.
La colocation est aujourd’hui très recherchée par les jeunes actifs, et aussi par les étudiants. Ce type d’investissement rassure aussi les banquiers de par sa rentabilité. Ce qui vous permet d’obtenir beaucoup plus facilement un prêt bancaire. Et, si vous habitez loin et ne pouvez pas gérer le bien vous-même, vous pouvez confier sa gestion à une agence.

Investir dans un garde-meuble

Le garde-meuble permet aux particuliers et professionnels d’avoir un espace de stockage à petit prix. Les sites comme https://www.garde-meuble-toulon.com/ proposent ce type de location. Ce garde-meuble à Toulon propose par exemple la location de box de dimensions différentes. Si cet investissement vous intéresse, on vous recommande d’investir dans les grandes villes : location de box à Toulon, garde-meuble à Bordeaux, espace de stockage à Lyon, etc. Vous pouvez, par exemple, acheter un entrepôt et l’aménager en y installant des box. Vous l’équipez ensuite d’alarmes afin de rassurer les locataires.
Un simple contrat suffit pour pouvoir louer vos espaces de stockage.

Investir dans un parking

Investir dans un parking est aussi un bon plan, surtout si l’on a un petit budget. La demande de locations d’emplacements de stationnement ne cesse d’accroître. Pour réussir votre projet, il suffit de choisir un bon emplacement. Ce type d’investissement vous fait aussi bénéficier d’un régime locatif souple. Vous êtes libre de déterminer la durée de la location, le prix et la révision de celui-ci, les modalités de fin de bail, etc. Vous n’êtes pas obligé d’établir le bail sur papier, mais c’est conseillé pour éviter les éventuels désaccords dans le futur.
Pour ce qui est de la fiscalité. Vos gains devraient être déclarés comme des revenus fonciers. Un abattement de 30 % est appliqué si vos revenus ne vont pas au-delà de 15 000 €. Cet abattement représente vos charges et frais. Si vous ne dépassez pas ce seuil, vous êtes sous le régime du micro-foncier. Lorsque le montant net de vos loyers perçus est supérieur à 15 000 euros, c’est le régime réel qui s’applique à votre activité. Vos diverses charges seront déduites de vos revenus.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *